L'URGENCE DU SENS

Auteur/autrice : jmsonet (Page 1 of 3)

Météores & Gravité

Météores & Gravité, le douzième et dernier livret de mon feuilleton poétique de l’année 2022 est paru. J’ai un petit pincement au cœur en arrivant à la fin de cette publication. 

Merci à tous ceux qui, au travers du monde, me font l’honneur de me montrer leur intérêt pour mon travail par leurs visites régulières sur mon site d'auteur. 

Bonnes fêtes de fin d’année à tous, y compris et en particulier pour ceux qui sont sous la mitraille.

Les sept poèmes du feuillet « Météores et Gravité » explorent les manifestations directes et indirectes de la gravité dans la vie des hommes.

S’il est une loi que nous respectons tous, c’est bien la loi de gravitation universelle. Faudra-t-il alors donner raison à Saint-Simon qui voyait en elle l’ordonnateur suprême de l’univers ? Il alla jusqu’à tenter d’en faire un substitut au Dieu judéo-chrétien.

La loi de gravitation universelle

Au tout premier plan, les météores en sont les plus éclatantes, admirables et terrifiantes des manifestations. Une pluie lave les visages et apaise les angoisses, un vent pousse une mousson. Les grandes marées emportent les marins, détruisent le littoral… Une source jaillit de la montagne ou du puits artésien, un fleuve déborde et ruine les vallées.

Toutes ces phénomènes, directement ou indirectement, sont liés à cette loi de gravitation universelle. Preuve de son importance, cette gravitation universelle fut même proposée comme principe premier et déifiée par Saint-Simon. Celui-ci la présentait à ses contemporains comme la possibilité d’un « Nouveau christianisme ». Audacieuse imposture, qui fut toutefois de peu d’effet.

Cette loi « puissante, fatale, sans désir ni pitié », qui gouvernait le monde de Newton, régit-elle toujours le nôtre ? Au premier regard, au quotidien, c’est encore dans le monde de Newton que nous vivons. En deuxième instance, après le formidable changement de paradigme que la science physique a connu au cours des derniers siècles, nous sommes contraints de reconnaître que notre monde a bien changé depuis Newton…

Quand dire, c’est faire

Le verbe a des effets qui portent très au-delà de la matérialité de l’écrit. Qu’il soit manuscrit, imprimé, affiché sur un écran, gravé dans la pierre ou lu par un comédien, il ne se réduit pas à sa matérialité. Ses effets le transportent ailleurs qu’en son support. Les vers de Baudelaire ou l’épitaphe que Françoise Sagan avait préparé pour sa propre tombe, constituent une source d’émotion et d’enthousiasme qui se renouvellent au fil des générations de lecteurs.

De la même façon, une déclaration de guerre ou d’opération spéciale produit aussitôt ses effets mortifères dans le monde autant que dans les esprits. Elle est le type même de l’acte de langage performatif.

Nos énoncés ajoutent ainsi une dimension au monde qui semble échapper à la pesanteur. Une dimension qui leur est propre et singulière, qu’elle soit bénéfique ou maléfique. A-t-elle aussi sa loi de gravitation universelle ?

Première de TRICLINIUM 

Une première exceptionnelle !

La date du 3 décembre prochain, sera celle de la première représentation de TRICLINIUM, le nouveau spectacle du Ballet Cadagiani, auquel j’apporte depuis quelques années mon modeste concours. Ceux d’entre vous qui fréquentent mon site savent déjà tout l’intérêt que je porte depuis longtemps à la danse, et notamment à la danse contemporaine. C’est un bonheur pour moi de vous présenter ce spectacle chorégraphique et musical pour cinq danseurs et quatre musiciens.

Librement inspiré par une superbe mosaïque antique romaine découverte en 1883 dans un « triclinium » (la salle de réception d’une domus antique) de l’antique Nemausus et exposée au Musée des Beaux-Arts de la Ville de Nîmes, TRICLINIUM sera présenté au public dans ce même musée. Exceptionnellement, les danseurs évolueront pieds nus sur la mosaïque antique originale.

Danser sur une mosaïque antique ? C’est assurément exceptionnel, mais ne risque-t-on pas de l’endommager ?  La réponse est non. En effet, les procédés de restauration utilisés à l’époque de sa découverte, la protègent contre tout risque d’altération. Aussi avons-nous eu l’autorisation de présenter cette première du spectacle sur la mosaïque elle-même. Les répétitions s’y enchaînent depuis juin dernier.

Le mariage d’Admète

Le motif central de cette mosaïque de 9 m x 6 m, évoque un épisode mythologique survenu en Thessalie. En l’occurence, c’est l’arrivée fracassante d’Admète, roi de Phères, à la cour de Pélias, roi de Iolcos. Ce dernier avait juré de ne marier sa fille Alceste qu’avec un homme capable de lui amener un char attelé d’un lion et d’un sanglier. Grâce à l’aide d’Apollon, Admète réussit ce prodige et peut épouser Alceste.

La chorégraphie s’apparente à un rite de bienvenue adressé à cette mosaïque. L’œuvre célèbre son retour à la lumière, sur le sol de l’humanité vivante. Cinq danseurs et quatre musiciens vous proposent une exploration chorégraphique et musicale des trois vies successives de cette mosaïque. Tout d’abord, la vie triviale du sol d’une salle à manger (le triclinium antique). Puis une très longue vie secrète, enfouie sous la terre pendant quelques mille-sept-cents années. Et désormais, une vie sacrée d’objet muséal, d’œuvre d’art et de précieux vestige.

TRICLINIUM en tournée

La mosaïque ne pourra évidemment pas être emportée en tournée par le Ballet Cadagiani. Une reproduction photographique à l’échelle de la mosaïque originale, imprimée sur un tapis de danse de même dimension sera le décor de ce spectacle.. 

Le Ballet Cadagiani est soutenu par la Ville de Nîmes, le Conseil départemental du Gard, la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et le musée des Beaux-Arts de Nîmes.

Tricliniums Premiere

Eine außergewöhnliche Premiere!

Am 3. Dezember dieses Jahres wird TRICLINIUM, die neue Aufführung des Balletts Cadagiani uraufgeführt. Tatsächlich, interessiere ich mich seit langem für den Tanz und insbesondere für den zeitgenössischen Tanz. Seit einigen Jahren unterstütze ich die Aktivitäten des Balletts Cadagiani mit meinem bescheidenen Beitrag. Deswegen ist es mir eine Freude, Ihnen diese choreographische und musikalische Aufführung für fünf Tänzer und vier Musiker zu präsentieren.

TRICLINIUM ist frei inspiriert von einem wunderschönen römischen Mosaik. Dieses wurde im Jahr 1883 in einem « Triclinium » (Empfangsraum einer antiken Domus) im antiken Nemausus entdeckt. Seit seiner Errichtung im Jahr 1907 ist dieses Mosaik in der Aula des Musée des beaux-arts de Nîmes ausgestellt. Ausnahmsweise werden die Tänzer bei der Premiere der Show, barfuß auf dem originalen antiken Mosaik tanzen.

Tanzen auf einem antiken Mosaik? Das ist sicherlich außergewöhnlich, aber kann man es dabei nicht beschädigen?  Die Antwort ist nein. Die Restaurierungsverfahren, die zur Zeit der Entdeckung des Mosaiks angewandt wurden, schützen es vor jeglicher Beschädigung. Daher wurde uns die Erlaubnis erteilt, die Premiere der Show auf dem Mosaik selbst zu zeigen. Die Proben laufen seit Juni dieses Jahres.

Admetos Hochzeit

Das zentrale Motiv dieses 9 m x 6 m großen Mosaiks erinnert an eine mythologische Episode, die sich in Thessalien ereignete. In diesem Fall ist es die dramatische Ankunft von Admetos, König von Pherea, am Hof von Pelias, dem König von Iolkos. Dieser hatte geschworen, seine Tochter Alkestis nur mit einem Mann zu verheiraten, der auf einem von einem Löwen und einem Wildschwein gezogenen Wagen zu ihm kommen würde. Dank der Hilfe von Apollon gelang Admetos dieses Wunder und er konnte Alceste heiraten.

Die Choreographie ist wie ein Begrüßungsritual für dieses Mosaik. Das Werk feiert seine Rückkehr ins Licht, auf den Boden der lebenden Menschheit. Fünf Tänzer und vier Musiker bieten Ihnen eine choreographische und musikalische Erkundung der drei aufeinanderfolgenden Leben dieses Mosaiks. Zunächst das triviale Leben des Bodens eines Speisesaals (das antike Triclinium). Dann ein sehr langes, geheimes Leben, das für einige tausendsiebenhundert Jahre unter der Erde vergraben war. Und nun ein heiliges Leben als Museumsobjekt, Kunstwerk und wertvolles Relikt.

TRICLINIUM auf Tour

Selbstverständlich kann das Mosaik nicht vom Cadagiani Ballet auf Tournee mitgenommen werden. Eine maßstabsgetreue fotografische Reproduktion des Originalmosaiks, die auf einen Tanzteppich der gleichen Größe gedruckt wurde, wird das Dekor dieser Aufführung sein. 

Das Ballet Cadagiani wird unterstützt von der Stadt Nîmes, dem Conseil départemental du Gard, der Region Okzitanien/Pyrénées-Méditerranée und dem Musée des Beaux-Arts de Nîmes.

Triclinium Premiere

An Unusual Triclinium Premiere!

On December 3 this year TRICLINIUM, the new performance of the ballet Cadagiani will have its premiere.

Actually, I have been interested in dance and especially in contemporary dance for a long time. For several years I have been supporting the activities of Ballet Cadagiani with my modest contribution. Therefore, it is my pleasure to present you this choreographic and musical performance for five dancers and four musicians.

TRICLINIUM is freely inspired by a beautiful Roman mosaic. This was discovered in 1883 in a « triclinium » (reception room of an ancient domus) in the ancient Nemausus. Since its construction in 1907, this mosaic has been exhibited in the aula of the Musée des Beaux-Arts de Nîmes. Exceptionally, at the premiere of the show, the dancers will dance barefoot on the original ancient mosaic.

Dancing on an antique mosaic? This is certainly extraordinary, but couldn’t you damage it in the process?  The answer is no. The restoration procedures used at the time of the mosaic’s discovery protect it from any damage. Therefore, we were granted permission to premiere the show on the mosaic itself. The rehearsals have been going on since June this year.

Admetos Wedding

The central motif of this mosaic of 9 m x 6 m recalls a mythological episode that took place in Thessaly. In this case, it is the dramatic arrival of Admetus, king of Pherea, at the court of Pelias, king of Iolkos. The latter had sworn to marry his daughter Alcestis only to a man who would be able to come to him on a chariot drawn by a lion and a boar. Thanks to the help of Apollo, Admetos succeeded in this miracle and could marry Alcestis.

The choreography is like a welcoming ritual for this mosaic. The work celebrates its return to the light, to the ground of living humanity.

Five dancers and four musicians offer you a choreographic and musical exploration of the three successive lives of this mosaic. First, the trivial life of the floor of a dining room (the ancient triclinium). Then a very long, secret life buried underground for several thousand seven hundred years. And now a sacred life as a museum object, work of art and valuable relic.

TRICLINIUM on Tour

Of course, the mosaic cannot be taken on tour by the Ballet Cadagiani. A true-to-scale photographic reproduction of the original mosaic, printed on a dance floor of the same size, will be the decor of this performance. 

Ballet Cadagiani is supported by the City of Nîmes, the Conseil départemental du Gard, the Occitanie/Pyrénées-Méditerranée Region and the Musée des Beaux-Arts de Nîmes.

Sources et Fleuves

« Je me suis fait païen et j’ai bu l’eau rougie »*

Il se trouve que le numéro précédent de notre feuilleton poétique de l’année était consacré aux Lieux. De tous les lieux qui comptent sur la terre, les sources sont sans doute les plus originels qui soient, dans tous les sens qu’on puisse donner à ce terme.  Les Anciens en avaient fait des divinités. Ne le sont-elles pas restées, quoique discrètement ?

Le beau Narcisse lui-même naquit du viol de la nymphe Liriopé par le fleuve Céphise qui, dans son bras incurvé autrefois enfermait (la nymphe, et) que prisonnière dans ses eaux, (il) a violé. Amoureux de lui-même, fou de désir, Narcisse finit par comprendre : Mon image ne me trompe pas. Je brûle d’amour de moi. Je fais, je suis la flamme (…) Ce que je désire, je l’ai. Ce que j’ai me rend pauvre. Ô, si je pouvais me séparer de mon corps! Vœu nouveau chez un amant, je voudrais que ce que j’aime s’éloigne (**).

Les reflets, les ombres des eaux profondes, le chant des sources généreuses, nourricières et fécondes, le mystère de leur jaillissement séminal et la puissance des fleuves impitoyables se mêlent au destin de Narcisse dans cette histoire faussement bucolique et véritablement tragique.

Mais où sont les eaux lustrales d’antan ?

Dans de très nombreuses traditions religieuses, aspersions et ablutions rituelles, qu’elles fussent païennes, hébraïques, chrétiennes ou hindoues furent des pratiques presque universellement répandues. Mais où sont les eaux lustrales d’antan ? Les nouveaux bigots adorateurs de l’hygiène, qui sont à présent légion, leur préfèrent le gel hydro-alcoolique…

Les sept poèmes de ce numéro 11 du feuilleton poétique de l’année 2022, se souviennent aussi des sources de nos anciens pèlerinages. D’abord entachés d’un soupçon de superstition et d’idolâtrie, le thermalisme médical ou récréatif les a finalement sécularisés.

Pourtant, on y vient toujours jeter honteusement quelques pièces de monnaie. Modeste offrande pour apaiser la divinité qui habite là. Discret sacrifice pour attirer sa bienveillance afin que jamais, son eau ne nous manque. Car notre soif est inextinguible.

Ironiquement, au gré de la mode qui trotte dans les manuels de développement personnel, nous voilà qui cherchons frénétiquement à « nous ressourcer ». Sait-on seulement ce que « source » signifie ?

Les sources et les fleuves nous attendent

Il est des villes anciennes traversées de paisibles rivières. D’autres tournent prudemment le dos au fleuve immense et menaçant qui les frôle. Admirables vus de loin, mais terrifiants de près, voici les estuaires, les immenses confluents.

Je suis l’enfant qui rêva longtemps au passage des barges géantes remontant la Moselle. Celui dont le Rhin légendaire et vorace emporta le bateau de bois. Je suis le vieil homme desséché qui voit venir à lui un monstre ravageur gonflant grondant hurlant dans le lit désolé du Gardon.

Les rivières et les fleuves nous attendent encore. Ils ne nous ont pas oublié. Mais leurs abords saturés d’autoroutes, de voies ferrées et d’installation industrielles, portuaires ou nucléaires, nous sont devenus difficiles d’accès. Alors, nous les oublions. Nous franchissons les ponts sans un regard pour eux, dans notre hâte à rejoindre quelque rendez-vous dont l’éphémère importance nous aveugle.

(*) Extrait de Jean-Marie Sonet, Source 3, in Caresse du monde, n°79, Book-on-Demand GmbH Verlag, Norderstedt, Allemagne, 2021.
(**) Ovide, Narcisse et Echo in Les Métamorphoses, livre III, 340-512, traduit du latin par Marie Cosnay, Éditions de l’Ogre, Paris, 2017.

Lieux

Le lieu* en voie de disparition ?

Après qu’avec un soin minutieux, la Révolution et l’Empire ont démembré les anciennes provinces et éradiqué les références toponymiques de l’Ancien Régime, nous autres post-modernes poursuivons ce grand œuvre. Nous en avons même perfectionné la technique. Désormais, de tous côtés, on s’active avec entrain à la Grande Déconstruction. Le lieu est menacé de disparition.

Vous n’y croyez pas ? J’exagère, pensez-vous ? Prenons l’exemple de la commune française de Thaon-les-Vosges. Savez-vous que, de janvier 2016 à décembre 2021, cette malheureuse ville s’est vue un temps affublée du nom de « Capavenir Vosges » ? Il aura fallu rien moins qu’un référendum local pour réussir à redonner son nom à la ville, et évacuer cette dénomination «marketing » ridicule.

Sans doute les responsables de cette pantalonnade étaient-ils bourrés de bonnes intentions, mais au siècle précédent, elle aurait été impensable. C’est ainsi qu’insensiblement nous nous affranchissons de l’enracinement et de l’histoire. Voici venir le temps des espaces indéfinis, des «territoires » sans identité.

Les lieux n’ont plus de nom, et c’est pourquoi ils disparaissent. L’étrangeté et la singularité plient le genou devant la statue de l’Égalité** qui nous délie brutalement de toute attache historique et de toute filiation.

Les lieux n’ont plus lieu

Dans le monde où les lieux n’ont plus lieu, les pays cèdent la place à des espaces offerts à tout et à n’importe quoi, y compris la laideur. C’est ce qu’on nomme « l’aménagement du territoire ». Désormais, il n’y aura plus de lieu, mais un espace indifférencié. Cet espace sera, horresco referens, un espace sans identité. Les coordonnées GPS nous suffiront pour positionner nos gigantesques éoliennes, les hangars bariolés de nos zones commerciales et leurs interminables parcs de stationnement.

Car la fin des lieux, c’est aussi l’ouverture de la grande saison du saccage. Le territoire est une étendue offerte sans défense. Si la montagne n’est plus sacrée depuis longtemps, on croyait naïvement intouchable la beauté des paysages de la France. On se trompait. L’ustensilité, comme une lèpre, ne laisse indemne aucune parcelle. Les nuits campagnardes sont désormais peuplées d’obstinés projecteurs qui clignotent inlassablement.

Sur l’horizon de paysages jadis majestueux, ces clignotants semblent nous répéter encore et encore : « Nous sommes les maîtres, et jamais plus nous ne vous laisserons nous ignorer. Dans la guerre de la technique contre l’humanité, comme dans celle de l’utile contre le beau, nous, les machines, nous sommes les vainqueurs, et notre victoire est définitive ».

Que signifie être au monde ?

L’onomastique, cet art de bien nommer les lieux, est-elle également en voie d’extinction? Déjà, les prépositions ont changé. On ne vit plus « à » Paris ou « à » Quimper. On travaille « sur » Paris et on a un client « sur » Quimper. De quoi cette substitution du « à » par le « sur » est-elle le signe ?

Ces prépositions définissent notre mode de relation avec les endroits en question. Dire « je vis à Strasbourg », c’est dire tout autre chose que « j’habite sur Strasbourg». Dans le second cas, je suis avec le monde selon le même mode qu’un téléphone avec la table sur laquelle il est posé. Dans le premier, j’habite humainement le monde, et ma relation avec le lieu est alors sous le signe d’une préposition qui semble dénoter une sorte de datif. Or, le datif est riche de nombreux usages, notamment l’attribution et l’appartenance…

Le datif est le cas des compléments qui répondent aux questions « à qui ? » « à quoi ? », « pour qui ? » « pour quoi ? » Voilà bien des questions qui sont dans l’ordre de L’Urgence du sens !

Ce qui fait naître le lieu

« Être au monde » se dit-il comme on dit « je donne ma vie à la patrie ou à la science», en une sorte d’offrande de soi faite au monde ? Symétriquement, cette offrande ne fait-elle pas aussi naître le monde pour moi ? Et chaque nouveau-né n’est-il pas en quelque sorte constitutif du monde lui-même, puisqu’il le rejoint et s’y incorpore ?

Mais s’agit-il vraiment d’un datif ? Dans l’éventualité où des lecteurs auraient des lumières sur cette délicate question, je serais heureux d’avoir leurs commentaires.

Quelque soit la réponse à cette question, il reste que la relation entre l’homme et le monde n’est pas celle d’un téléphone avec la table qui le supporte. En effet, il faut souligner que le mot « lieu » ne désigne pas une chose du monde. S’il le fait, c’est seulement dans le rapport que l’on entretient avec celles-ci. Pour qu’existe un lieu, il lui faut des habitants pour le nommer, l’aimer, le visiter ou le fuir, le redouter ou le détester, et pour s’en souvenir, en y laissant leur marque. 

Lieu : une souffrance qui ne se connait pas

Sans le savoir, nous souffrons de cette indifférenciation, de cette neutralisation  discrète et silencieuse de l’espace. Les lieux disparaissent, et les touristes, ces pèlerins sans pèlerinage qui s’épuisent dans leur quête sans Graal, le ressentent confusément. C’est pourquoi ils s’efforcent, maladroitement et sans y prêter grande attention, de ressusciter les lieux par de discrets rituels.

Car ces lieux répertoriés, valorisés, ces hauts lieux du tourisme, sont depuis longtemps banalisés, anonymisés. Qu’à cela ne tienne ! On jette des pièces dans le bassin d’une fontaine, on accroche un cadenas à la balustrade d’une passerelle, ou encore, on « fait un selfie » pour ponctuer l’instant. Ainsi les amoureux gravent-ils leurs initiales dans l’écorce de l’arbre dont l’ombre protégea les ébats.

N’en doutons pas, nous saurons encore inventer d’autres rituels. Des rituels qui ne se savent pas, mais qui nous permettent encore de laisser une marque.

(…) Une statue dressée, c’est la terre habitée,
Et notre humanité, des pierres empilées,
Qui dressent son totem, qui érigent son dieu.

Tumuli, cairns et colonnes épigraphiques,
Pierres repères des steppes asiatiques,
L’érection toujours fait exister le lieu.

extrait de « Lieux 1 », in « Caresse du monde », N°77,
Jean-Marie Sonet, ÉD. Books-on-demand (2021).

Marquer un lieu, c’est le faire exister. Dans le monde d’avant, quelques pierres empilées y suffisaient, un monument, un signe pour marquer une frontière, un pèlerinage ou une tombe… Cette souffrance qui n’a pas lieu, qui ne se connait pas, souffrance silencieuse mais bien réelle, sert de toile de fond aux huit poèmes regroupés dans le n°10 du feuilleton poétique de l’année 2022. Ce numéro est disponible en e-Book chez l’éditeur.

* Non, il ne s’agit pas du poisson !
** Je propose ici un projet pour ladite statue de l’Égalité, dans le style « réalisme soviétique » (style de circonstance..). Son érection est urgente ! Je songe à ouvrir une souscription…

Bêtise et Niaiserie

La bêtise est une cache, une souille où se peuvent réfugier paresseux, obstinés et planificateurs. On y est à son aise, ce qui n’est pas rien. Qui n’a jamais goûté sa tendre protection ? 

Bêtise, Niaiserie et leur cousine Naïveté restent pourtant des relations compromettantes. On feint de ne les pas connaître ou reconnaître. La Fontaine et Molière les moquèrent. L’intelligence et l’instruction se liguèrent pour les faire taire, à vrai dire sans guère de succès jusqu’à présent.

Les sept poèmes de ce numéro 9 du feuilleton poétique de l’année 2022, veulent leur ménager officiellement une voix au chapitre, car elles portent aussi leur part de vérité, de notre vérité. Ils plaident pour la reconnaissance de ces qualités décriées et moquées. Que celui qui ne s’est jamais senti bête nous jette la première pierre !

La bêtise comme antidote au « wokisme »

N’ayons pas peur de la bêtise, ni de la niaiserie. Acceptons de les voir surgir dans nos vies avec cette éclatante inconvenance qui est leur marque de fabrique. Par leur extraordinaire force d’inertie, elles ralentissent les œuvres de l’intelligence, servent d’amortisseur, de pare-feu, et nous protègent ainsi des ambitions toujours un peu hystériques des empires technologiques ou pseudo-scientifiques.

Mais leurs bienfaits vont plus loin encore. Par la blessure narcissique que leur révélation nous inflige, elles nous remettent à notre place et nous gardent de l’hubris prométhéenne. Elles nous aident en nous montrant nos limites. Croyons-nous ne pas en avoir besoin ? En ces temps de « wokisme » délirant, où beaucoup perdent toute mesure, il importe de nous souvenir de nos limites, de les voir à nouveau marquées sur notre chemin, et ne pas finir dans « l’impasse du wokisme » .

Ô puissante bêtise, montre-toi ! Car nous autres nains, tout juchés que nous soyons sur les épaules de géants*, avons grand besoin de ton épiphanie. Hélas, notre ignorance des limites croît plus vite que notre savoir. On savait pourtant depuis longtemps que l’homme ne sait pas l’histoire qu’il fait**. Cependant, il la fait, sans savoir ce qu’il fait, et toujours la chouette de Minerve ne chante qu’au crépuscule***.

Une crainte française : celle du ridicule

Mais trêve de cuistrerie et de citations ! Regardons-nous ! La peur de la bêtise, de la sottise, de la naïveté et de la niaiserie est un travers très français. Nos voisins belges n’en sont que rarement affectés, et c’est peut-être ce qui leur donne une part de leur charme délicieux. Toutefois, ces peurs françaises portent un autre nom, qui les résume : la peur du ridicule.

Ici, les vices sont sans conséquence, mais le ridicule tue.

Mémoires de la Comtesse de Boigne (1781-1866)
repris PAR RéMI WATERHOUSE dans Ses dialogues pour le film « Ridicule », réalisé par PATRICE LECONTE (1996).

Sans doute est-ce de cette peur-là que naît l’arrogance française, dont la réputation internationale n’est plus à faire. Dommage pour nous que l’arrogance ne soit pas répertoriée dans les critères des enquêtes PISA…


* Métaphore attribuée à Bernard de Chartres (XIIe siècle) et largement utilisée au fil des siècles par de très grands penseurs, comme Newton, Montaigne et Pascal. En 1972, la dernière mission lunaire Apollo 17 fut baptisée On the Shoulders of Giants par les responsables de la NASA…
** Formule attribuée à Marx et reprise par Raymond Aron et par une infinité d’auteurs…
*** Métaphore extraite de la préface des Principes de la philosophie du droit de Hegel. Elle signifie que la philosophie, c.-à-d. la science – car Minerve est la déesse de la sagesse dans la Rome antique – est toujours en décalage avec l’Histoire qui est en train de s’écrire.

Espoirs

Espoirs de l’animal ? Paisible pâture ou proie dodue…

Hélas, nous autres humains plaçons souvent nos espoirs dans les chimères qui naissent de nos ambitions.

Toutefois, au dessus de nos espoirs, parfois frivoles, capricieux, imprudents ou inconséquents, plane un souvenir. C’est celui du grand espoir de jadis, celui du Salut promis par Dieu. C’était un grand, très grand et puissant espoir, un espoir bien à la (dé)mesure de l’humanité. Mais la divinité, touchée à mort par le soupçon nietzschéen, ne nous est plus familière. Nous en sommes orphelins. Comment vivre désormais sans l’espoir d’un Salut ?

Il reste que l’espoir est ce moteur qui nous oblige à marcher, avancer, batailler. Il est notre unique ressource de vitalité. Où trouver à présent la source d’un espoir authentique ? Quelles ressources convoquer ?

Tout d’abord, la vie nous place à un endroit et à un moment du monde et d’une lignée. Ensemble, ils constituent notre « origine ». C’est là que nous est transmise la matière de la vie qui nous est échue. C’est avec ce matériau qu’il nous faudra faire au mieux.

Ce mieux, pour commencer, consisterait peut-être à accorder notre plus grande attention à ce temps, ce lieu, ce corps que nous habitons, et à la lignée qui nous y a porté. Nous trouverons dans cette « origine », sans avoir à la chercher bien longtemps, notre « originalité » et un espoir à notre véritable mesure.

Dans originalité, entendre origine,
Et génération dans générosité.
La langue nous offre son étrangèreté,
Sa puissance qui nous dépasse et nous domine.

Caresse du monde, N°97 (2021)

Espoirs : l’impasse du « wokisme »

Les lubies des « wokistes » nord-américains et celles de leurs empressés disciples européens, nous enjoignent de renoncer au donné. Il nous faudra nier qu’il reste de l’imposé. Il faudra qu’à toute force, rien ne demeure qui ne dépendrait pas de nous mêmes, qui ne serait pas à la portée de notre volonté. L’hybris du « wokisme » nous entraine dans un monde post-moderne qui n’est qu’un champ de ruines. Rien n’y échappe à la déconstruction. Dans ce monde-là, le corps lui-même n’est plus qu’une construction sociale ou mentale, que chacun croit pouvoir démanteler et recomposer à sa fantaisie, en mobilisant les ressources de la technologie*.

Une fois la génétique oubliée, l’anatomie méprisée et l’histoire réécrite selon le désir de chacun**, que pourra-t-il donc rester de notre « origine », celle-là même qui fait la substance de notre « originalité » ?

Origine & originalité

Cette ressource pourtant nous est précieuse entre toutes. Elle est le seul capital dont nous puissions jamais disposer. Tout être vivant est aussi un fossile,  écrivait Jacques Monod dans Le Hasard et la Nécessité (1970). Cette formule frappante nous rappelle que nous sommes tout à la fois trace et résultat des générations qui nous ont précédés au fil des millénaires. Comment un destin pourra-t-il encore se déployer sans cet espoir qui nous vient, avec une folle énergie, de notre passé le plus archaïque ?

Pour conclure, n’y a-t-il pas là comme un espoir pour nous porter ? Oublions ces espoirs imaginaires qui nous tireraient vers eux depuis ce futur qui n’existe pas. Recherchons plutôt un espoir qui surgirait de notre origine même. Ne pourrait-il pas nous transmettre une part, notre part, de la puissance de l’Histoire des générations ?


* (ajouté le 21 août 2022) : on lit dans Le Figaro d’aujourd’hui que le Planning familial affirme sans rire que Des hommes aussi peuvent être enceints. Pour ceux qui doutent encore de la capacité de nuisance du « wokisme », la lecture de cet article permettra peut-être de les détromper. Nous aurons, hélas, à y revenir !
**À la façon des soviétiques qui effaçaient toute trace des gênants sur les photographies et dans les archives, les « wokistes » aiment notamment à renverser les statues.

Déni, j’écris ton nom.

Silence, on égorge ! Et voilà que le djihadisme ne rencontre que notre déni et notre pusillanimité. Vous connaissiez déjà le déni devant les récents événements du stade de France, et bien d’autres dénis antérieurs et obstinés, si outrés qu’ils en deviennent comiques. Voici à présent le déni de ce « djihadisme d’atmosphère » que Gilles Kepel décrit dans Le Prophète et la Pandémie (Gallimard, 2021).

Pour une multitude d’affaires comme celle, notamment, de l’assassinat d’Alban Gervaise, la dimension djihadiste des actes est niée. Ces faits gravissimes et répétés se trouvent relégués dans la rubrique des « faits divers ». Dans la presse écrite nationale, Le Figaro, Le Point, Valeurs actuelles et Causeur auront été les seuls à traiter le sujet pour ce qu’il est, un meurtre commis au nom d’Allah.

Ce déni-ci n’est pas moins ridicule et humiliant que ces dénis-là, qui tous en silence proclament cette vérité : « Nous sommes aveugles, impuissants, soumis, défaits« . C’est aujourd’hui le temps des défaites qui ne sanctionnent aucun combat perdu. Être défait sans avoir combattu, c’est faire un pas de plus vers la soumission.

Homère chantait les héros victorieux et les armées défaites. Si, devant Troie, après dix ans de guerre, les survivants sachant encore pourquoi ils combattaient ne furent sans doute plus très nombreux, encore eurent-ils le courage du combat.

Silence, on égorge

Ce déni politico-médiatique se présente comme une sorte de défaite par prétérition. « La France n’est pas un coupe-gorge » clamait il y a peu un ministre de la République française, nous indiquant par là que, précisément, c’est ce qu’elle est devenue : un coupe-gorge en acte, et non plus métaphorique.

Silence, on égorge

« Causeur brise l’omerta médiatico-politique qui entoure un certain nombre de meurtres islamistes dont celui d’Alban Gervaise, ce médecin militaire tué à 40 ans devant l’école de ses enfants. Son portrait figure sur notre couverture. Pour Élisabeth Lévy, introduisant le dossier, il est mort deux fois: égorgé par le couteau de son meurtrier, enseveli par le silence de son pays. C’est ce refus du réel qui est sûrement le mal français le plus profond. » 

Causeur, numéro de l’été 2022

Le procès des attentats du 13 novembre vient de s’achever, mais dans la rue le spectacle continue. Silence, on égorge ! Les couteaux, les poignards et les machettes s’enfoncent dans la chair de la France. Ces lames assassines veulent défaire la France et sa civilisation. Le déni public vient couronner notre défaite.

Le déni : la défaite sans le combat

Défaites, le nouveau numéro de notre feuilleton poétique de l’année, nous parle de nos défaites intimes. Rien qui puisse être comparé à celles que le djihadisme inflige à notre pays tout entier. Ces défaites intimes ne sont toutefois ni moins douloureuses, ni moins humiliantes que ne l’est la pusillanimité de nos dirigeants devant nos ennemis. Ce sont des morts que l’on pleure dans tous les cas. Mort des amours, mort de l’espoir, mort des hommes, d’une nation, d’une civilisation. Aurons-nous eu du courage ? Aurons-nous su combattre pour ce, pour ceux que nous aimons ?

Défaites, Jean-Marie Sonet, BoD GmbH Ed (2022)
E-Book – ISBN 978-2-322-43835-8.

Mise à jour : Salman Rushdie

M.à j. du lundi 19 septembre 2022 : Il y a un peu plus d’un mois, le 12 août, vers 11 heures, à Chautauqua, dans l’État de New York, un nommé Hadi Matar poignardait Salman Rushdie, l’écrivain bien connu. C’est une fois de plus au nom d’un certain « Allah » que la tentative de meurtre a été commise. L’indignation chez nous a été ce qu’on pouvait craindre : déni et pusillanimité. Elle a rapidement disparu des radars. Un « fait-divers » de plus. Voici ce qu’en dit Céline Pina dans la dernière édition du magazine Causeur :

« Ce n’est (..) pas seulement la récurrence des attaques meurtrières qui crée le désespoir, c’est surtout cette attente éternellement déçue d’une réaction à la hauteur. Les Français ne croient plus que l’accumulation des crimes va enfin ouvrir les yeux de la classe politique sur la dangerosité de l’idéologie islamiste, la réalité de son entrisme dans les associations et institutions, et sa capacité à imposer ses codes (voile, hallal, radicalité religieuse). »

Céline Pina, Causeur, 18 septembre 2022

Les colères ne naissent pas toutes égales en dignité.

Les colères ne sont pas toutes égales en dignité. Le procès des attentats du 13 novembre 2015 vient à peine de s’achever. Les condamnations ont été prononcées. Mais ce procès nous a remis en mémoire les heures terribles, interminables, de cette tragédie.

Cette série d’attentats s’ajoute à la longue liste des exactions conçues, organisées et menées contre la France. Et par qui ? par un islam politique aux mille visages hideux. Ceux de la grande colère de l’islam qui depuis des années, endeuille la France et la déstabilise. Cette colère de l’islam est laide, immonde, répugnante, à vomir, à hurler. Non, décidément, toutes les colères ne naissent pas égales en droit et en dignité.

Déni et pusillanimité

Jadis, on disait aux enfants que la colère enlaidit. Mais le dit-on encore ? Et le contraire de la colère n’est-il pas l’oubli, l’indifférence, le déni, la pusillanimité, voire la complaisance ? N’est-ce pas, dans le meilleur des cas, un faux-nez de la soumission, qui n’est pas chose moins laide ?

Hélas ! Qui osera encore lancer à un fâcheux, ainsi qu’un Maupertuis défiant un Mendoza : « Je ne vous aime pas et vous êtes laid ! » ? Et quelle meilleure réponse à la colère ?

Les fâcheux en effet ne méritent que fâcheries. Mais ces fâcheux pullulent. Ils infestent le monde, aussi la colère enfle-t-elle, et cette enflure n’est que prélude à explosion ou implosion.

Vers quel avenir nous dirigeons-nous à présent ? Que faire, au moins pour calmer les tendances les plus délétères de l’islam ? Quelle moyens pour lui imposer le strict respect de la liberté de conscience de tous les Français ? Comment faire entendre clairement à l’islam que le concept d’apostasie n’est pas recevable en droit français ? Comment les persuader qu’en conséquence, il est loisible à quiconque de changer de religion, et que harcèlement, menaces et violences à l’encontre de ceux qui souhaitent quitter l’islam – ou le moquer – sont autant de crimes.

Ce devrait être là un souci et une priorité de nos dirigeants. Hélas ! C’est le déni est la plupart du temps au rendez-vous. Les coups de poignard tombent et retombent, mais ne réveillent pas grand monde dans notre beau pays.

« Détruire ! » dit la colère. « Déconstruire ! » répond la soumission. Les colères ne naissent pas toutes égales en dignité. Les huit poèmes de ce sixième numéro du feuilleton poétique de l’année 2022 vous le vont démontrer.

Mise à jour : Salman Rushdie

M.à j. du lundi 19 septembre 2022 : Il y a un peu plus d’un mois, le 12 août, vers 11 heures, à Chautauqua, dans l’État de New York, un nommé Hadi Matar poignardait Salman Rushdie, l’écrivain bien connu. C’est une fois de plus au nom d’un certain « Allah » que la tentative de meurtre a été commise. L’indignation chez nous a été ce qu’on pouvait craindre : déni et pusillanimité. Elle a rapidement disparu des radars. Un « fait-divers » de plus. Voici ce qu’en dit Céline Pina dans la dernière édition du magazine Causeur :

« Déni à gauche, condamnation à droite, ambiguïté au gouvernement : les réactions qui ont suivi la tentative d’assassinat de Salman Rushdie montrent une fois de plus qu’on a du mal à nommer le mal islamiste. Quant aux « représentants officiels » de la communauté musulmane, ils ont brillé par leur silence. »

Céline Pina, Causeur, 18 septembre 2022
« Older posts

© 2023 Caresse du monde

Theme by Anders NorenUp ↑

Cookie Consent with Real Cookie Banner