L'URGENCE DU SENS

Mois : juillet 2022

Déni, j’écris ton nom.

Silence, on égorge ! Et voilà que le djihadisme ne rencontre que notre déni et notre pusillanimité. Vous connaissiez déjà le déni devant les récents événements du stade de France, et bien d’autres dénis antérieurs et obstinés, si outrés qu’ils en deviennent comiques. Voici à présent le déni de ce « djihadisme d’atmosphère » que Gilles Kepel décrit dans Le Prophète et la Pandémie (Gallimard, 2021).

Pour une multitude d’affaires comme celle, notamment, de l’assassinat d’Alban Gervaise, la dimension djihadiste des actes est niée. Ces faits gravissimes et répétés se trouvent relégués dans la rubrique des « faits divers ». Dans la presse écrite nationale, Le Figaro, Le Point, Valeurs actuelles et Causeur auront été les seuls à traiter le sujet pour ce qu’il est, un meurtre commis au nom d’Allah.

Ce déni-ci n’est pas moins ridicule et humiliant que ces dénis-là, qui tous en silence proclament cette vérité : « Nous sommes aveugles, impuissants, soumis, défaits« . C’est aujourd’hui le temps des défaites qui ne sanctionnent aucun combat perdu. Être défait sans avoir combattu, c’est faire un pas de plus vers la soumission.

Homère chantait les héros victorieux et les armées défaites. Si, devant Troie, après dix ans de guerre, les survivants sachant encore pourquoi ils combattaient ne furent sans doute plus très nombreux, encore eurent-ils le courage du combat.

Silence, on égorge

Ce déni politico-médiatique se présente comme une sorte de défaite par prétérition. « La France n’est pas un coupe-gorge » clamait il y a peu un ministre de la République française, nous indiquant par là que, précisément, c’est ce qu’elle est devenue : un coupe-gorge en acte, et non plus métaphorique.

Silence, on égorge

« Causeur brise l’omerta médiatico-politique qui entoure un certain nombre de meurtres islamistes dont celui d’Alban Gervaise, ce médecin militaire tué à 40 ans devant l’école de ses enfants. Son portrait figure sur notre couverture. Pour Élisabeth Lévy, introduisant le dossier, il est mort deux fois: égorgé par le couteau de son meurtrier, enseveli par le silence de son pays. C’est ce refus du réel qui est sûrement le mal français le plus profond. » 

Causeur, numéro de l’été 2022

Le procès des attentats du 13 novembre vient de s’achever, mais dans la rue le spectacle continue. Silence, on égorge ! Les couteaux, les poignards et les machettes s’enfoncent dans la chair de la France. Ces lames assassines veulent défaire la France et sa civilisation. Le déni public vient couronner notre défaite.

Le déni : la défaite sans le combat

Défaites, le nouveau numéro de notre feuilleton poétique de l’année, nous parle de nos défaites intimes. Rien qui puisse être comparé à celles que le djihadisme inflige à notre pays tout entier. Ces défaites intimes ne sont toutefois ni moins douloureuses, ni moins humiliantes que ne l’est la pusillanimité de nos dirigeants devant nos ennemis. Ce sont des morts que l’on pleure dans tous les cas. Mort des amours, mort de l’espoir, mort des hommes, d’une nation, d’une civilisation. Aurons-nous eu du courage ? Aurons-nous su combattre pour ce, pour ceux que nous aimons ?

Défaites, Jean-Marie Sonet, BoD GmbH Ed (2022)
E-Book – ISBN 978-2-322-43835-8.

Mise à jour : Salman Rushdie

M.à j. du lundi 19 septembre 2022 : Il y a un peu plus d’un mois, le 12 août, vers 11 heures, à Chautauqua, dans l’État de New York, un nommé Hadi Matar poignardait Salman Rushdie, l’écrivain bien connu. C’est une fois de plus au nom d’un certain « Allah » que la tentative de meurtre a été commise. L’indignation chez nous a été ce qu’on pouvait craindre : déni et pusillanimité. Elle a rapidement disparu des radars. Un « fait-divers » de plus. Voici ce qu’en dit Céline Pina dans la dernière édition du magazine Causeur :

« Ce n’est (..) pas seulement la récurrence des attaques meurtrières qui crée le désespoir, c’est surtout cette attente éternellement déçue d’une réaction à la hauteur. Les Français ne croient plus que l’accumulation des crimes va enfin ouvrir les yeux de la classe politique sur la dangerosité de l’idéologie islamiste, la réalité de son entrisme dans les associations et institutions, et sa capacité à imposer ses codes (voile, hallal, radicalité religieuse). »

Céline Pina, Causeur, 18 septembre 2022

Les colères ne naissent pas toutes égales en dignité.

Les colères ne sont pas toutes égales en dignité. Le procès des attentats du 13 novembre 2015 vient à peine de s’achever. Les condamnations ont été prononcées. Mais ce procès nous a remis en mémoire les heures terribles, interminables, de cette tragédie.

Cette série d’attentats s’ajoute à la longue liste des exactions conçues, organisées et menées contre la France. Et par qui ? par un islam politique aux mille visages hideux. Ceux de la grande colère de l’islam qui depuis des années, endeuille la France et la déstabilise. Cette colère de l’islam est laide, immonde, répugnante, à vomir, à hurler. Non, décidément, toutes les colères ne naissent pas égales en droit et en dignité.

Déni et pusillanimité

Jadis, on disait aux enfants que la colère enlaidit. Mais le dit-on encore ? Et le contraire de la colère n’est-il pas l’oubli, l’indifférence, le déni, la pusillanimité, voire la complaisance ? N’est-ce pas, dans le meilleur des cas, un faux-nez de la soumission, qui n’est pas chose moins laide ?

Hélas ! Qui osera encore lancer à un fâcheux, ainsi qu’un Maupertuis défiant un Mendoza : « Je ne vous aime pas et vous êtes laid ! » ? Et quelle meilleure réponse à la colère ?

Les fâcheux en effet ne méritent que fâcheries. Mais ces fâcheux pullulent. Ils infestent le monde, aussi la colère enfle-t-elle, et cette enflure n’est que prélude à explosion ou implosion.

Vers quel avenir nous dirigeons-nous à présent ? Que faire, au moins pour calmer les tendances les plus délétères de l’islam ? Quelle moyens pour lui imposer le strict respect de la liberté de conscience de tous les Français ? Comment faire entendre clairement à l’islam que le concept d’apostasie n’est pas recevable en droit français ? Comment les persuader qu’en conséquence, il est loisible à quiconque de changer de religion, et que harcèlement, menaces et violences à l’encontre de ceux qui souhaitent quitter l’islam – ou le moquer – sont autant de crimes.

Ce devrait être là un souci et une priorité de nos dirigeants. Hélas ! C’est le déni est la plupart du temps au rendez-vous. Les coups de poignard tombent et retombent, mais ne réveillent pas grand monde dans notre beau pays.

« Détruire ! » dit la colère. « Déconstruire ! » répond la soumission. Les colères ne naissent pas toutes égales en dignité. Les huit poèmes de ce sixième numéro du feuilleton poétique de l’année 2022 vous le vont démontrer.

Mise à jour : Salman Rushdie

M.à j. du lundi 19 septembre 2022 : Il y a un peu plus d’un mois, le 12 août, vers 11 heures, à Chautauqua, dans l’État de New York, un nommé Hadi Matar poignardait Salman Rushdie, l’écrivain bien connu. C’est une fois de plus au nom d’un certain « Allah » que la tentative de meurtre a été commise. L’indignation chez nous a été ce qu’on pouvait craindre : déni et pusillanimité. Elle a rapidement disparu des radars. Un « fait-divers » de plus. Voici ce qu’en dit Céline Pina dans la dernière édition du magazine Causeur :

« Déni à gauche, condamnation à droite, ambiguïté au gouvernement : les réactions qui ont suivi la tentative d’assassinat de Salman Rushdie montrent une fois de plus qu’on a du mal à nommer le mal islamiste. Quant aux « représentants officiels » de la communauté musulmane, ils ont brillé par leur silence. »

Céline Pina, Causeur, 18 septembre 2022

© 2022 Caresse du monde

Theme by Anders NorenUp ↑

Cookie Consent with Real Cookie Banner